Formations dans l’événementiel

Étudier l’événementiel

Il existe maintenant de nombreux programmes qui enseignent la planification d’événements, comme les Mas-ters Degree en management d’événements.Les États-Unis sont en avance sur le Canada en ce qui concerne l’accréditation et les formations professionnelles d’événementielles. Les universités de Montréal ont commencé à proposer des cours afin de pouvoir permettre d’être diplomé en planification d’événements. John Abbott Cegep propose un programme depuis de nombreuses années, ainsi que le Collège Lasalle. Il y a également des programmes proposant des cours de gestion événements à l’école Concordia, et enfin, vous pourrez trouver des sections de courtes durée, à l’institut Trebas. Peu importe quelle école vous choisirez, tous les cours sont des programmes qui vous mèneront jusqu’à un diplome reconnu.

La question se pose toujours de savoir si la planification d’événements peut être enseignée de manière efficace ou s’il est préférable d’apprendre directement en vivant une expérience événementielle. Je crois que les deux sont importants aujourd’hui. Chez Eventure depuis de nombreuses années, nous proposons une offre de stage qui permet aux étudiants d’acquérir des connaissances de première main sur la planification d’événements. Nous nous assurons que tous nos stagiaires aient la possibilité non seulement de travailler, mais aussi de plani-fier, concevoir, trouver et travailler sur des propositions et des réunions pour apprendre toutes les facettes de la planification d’événement, de la vente initiale à la réalisation.

Je suis convaincu que les élèves peuvent réellement apprendre à l’école. J’ai enseigné quelques cours, et j’ai aussi eu le privilège de donner des conférences à quelques-uns. La réalité est que la plupart des étudiants qui sortent des programmes apprennent beaucoup de concepts de planification et d’organisation d’événements, mais peu de connaissances pratiques sur la façon dont les événements circulent et fonctionnent réellement.

J’ai proposé un cour à des étudiants sur le thème de la gestion des risques. Nous avons donc travaillé théorique-ment sur la planification d’événement en pensant obligatoirement au pire du pire. J’ai le sentiment que chaque élève aura l’automatisme de sortir son manuel scolaire s’il y avait un incendie lors d’un événement, avant de se souvenir de ce que nous avons appris.

Le fait qu’il existe maintenant des cours qui préparent les étudiants a s’insérer dans la vie active de l’événemen-tiel est un pas en avant. J’ai écris dans les articles précédents mon opinion sur le planificateur d’événements tra-ditionnels. Par exemple, les femmes qui planifient les mariages de leurs filles, qui ensuite, impriment des cartes de visite en travaillent dans leurs cuisines, deviennent d’une part dangereuses et d’autre part, insultent directe-ment ma profession. La planification d’événements est une affaire sérieuse, et nous sommes responsables de la vie de nos invités. Nous devons être assurés d’avoir une connaissance approfondie de la sécurité incendie, de la sécurité physique, de la logistique, des lois sur la consommation d’alcool, du contrôle des foules et du débit, de la sécurité et de la gestion électriques, de la sécurité, des premiers soins, etc. Je sais que beaucoup de gens sont excellents pour choisir les fleurs qui correspondent à la nappe, mais c’est une très petite partie (et complètement insignifiante), de la gestion et de la planification des événements.

Chez Eventure, la plupart de nos stagiaires sont diplômés de cours de planification d’événements. Nous avons récemment eu deux diplômés qui ont fait partie de notre équipe durant 7 mois, venant tout droit de France. Nous avons généralement 3-4 stagiaires dans notre bureau et à n’importe quel moment nous nous assurons que leur expérience soit complète et qu’ils ont le vrai goût de l’événementiel.

J’ai tendance à vouloir embaucher nos stagiaires, plutôt que quelqu’un avec des années d’expériences. Savoir comment les stagiaires travaillent pendant la période de 2 à 7 mois signifie qu’ils savent comment nous travail-lons, qu’ils ont prouvé leurs compétences et leur passion, et ils peuvent aussi être prèt à travailler avec nous! Embaucher quelqu’un avec des années d’expérience n’est pas un atout dans mon esprit. Avec l’expérience vient à la fois bonnes et mauvaises habitudes. La personne vient avec une opinion sur la façon dont les choses sont faites, qui peuvent différer de nos politiques, et vient généralement avec une attitude.

Il y a une longue liste de gens formidables qui travaillent dans l’industrie de l’événementiel à Montréal et qui ont commencé comme stagiaires pour moi. Certains ont continué à travailler pour moi et sont ensuite allés dans d’autres entreprises, certains ont terminé leur stage et ont réussi ailleurs, et certains ont réalisé que la planifica-tion d’événements n’était pas vraiment pour eux, et ils ont trouvé une carrière mieux adaptée. Tous me rendent fier d’avoir fait partie de leurs succès.

J’apprécie d’enseigner à quelqu’un ce que je sais sur les événements. Du son à l’éclairage, de la restauration à la gestion des risques en passant par la sécurité. Ce serai juste parfait de retourner dans mes jeunes années : j’aurais appris plus vite et plus facilement. Quand j’ai commencé à apprendre comment programmer l’éclairage, c’était un nouveau domaine et il y avait du monde à Montréal qui savaient comment utiliser tout ce matériel. à l’agence Kloda à l’époque, Tom et Jacques étaient de fins connaisseurs. La différence entre les deux était in-croyable. Tom était super sympa, et il était toujours là pour répondre à mes questions. Il était super excité de travailler avec moi pour apprendre et améliorer, non seulement ma compréhension, mais aussi la sienne. Nous étions une excellente équipe, nous sommes des amis à ce jour, et Tom continue de programmer et de concevoir l’éclairage, et il est vraiment l’un des meilleurs au Canada. De son côté, Jacques, quand à l’époque je lui ai posé une question, il m’a clairement dit: «Pourquoi je te le dirai ? tu risquerai de prendre mon travail !» Je ne sais pas où il est aujourd’hui. (Et s’il vous plaît ne me le dites pas, je m’en fou complètement) !

Je prends comme un privilège de partager mes connaissances. Si je peux enseigner quelque chose à quelqu’un sur ce que nous faisons, non seulement cela leur facilite la vie, mais cela m’aide également à remettre continuel-lement ce que nous faisons au goût du jour. Si les étudiants apprennent, cela peut non seulement aider mon entreprise, mais aussi aider notre industrie dans son ensemble. Si nous transmettons nos connaissances aux étudiants, alors ceux-ci apprendront, grandiront et nous le redonneront un jour.

La semaine dernière, pour un événement, une tonnelle s’est effondrée à Strangers dans la nuit, et a blessé une jeune femme que nous connaissons tous (je lui souhaite un bon rétablissement en passant). Je suis très fier de dire que j’étais aux côtés de cette personne lors de ses débuts dans l’événementiel et que j’ai conçu et produit son événement quand il a déménagé pour la première fois à Fairview. Je n’ai pas fait partie de l’événement depuis de nombreuses années, car ils ont continué avec le même concept que nous avions développé à l’époque. Mais quand j’ai entendu parlé de la chute de cette tonnelle, j’ai directement appelé l’entreprise de location des ton-nelles, et les organisateurs de l’événement. J’étais prêt à les aider, moi et toute mon équipe, s’ils en avaient besoin. Il ne s’agissait pas d’argent, mais d’une personne faisant partie de notre industrie, de notre famille événemen-tielle qui aurait pu avoir besoin d’aide. J’espère (je vous en prie) que si jamais nous étions dans cette situation, notre industrie événementiel serait là aussi pour nous aider.

Daniella Caputo est l’une des enseignantes les plus éminentes de la gestion d’événements à Montréal. http://montrealeventplanner.ca. J’ai eu le privilège de donner des conférences dans sa classe et d’enseigner un cours dans le même programme qu’elle. Elle passe plus de temps à enseigner qu’à travailler pour sa propre entreprise! Elle m’a dit que l’enseignement des événements, après de nombreuses années dans ce milieu, est l’une de ses vraies passions. Elle a eu beaucoup de succès dans l’industrie grâce notemment, à sa passion pour l’enseigne-ment. En parlant avec elle, nous sommes tous les deux sur la même longueur d’onde pour formaliser notre industrie, et j’espère qu’un jour, il sera obligatoire d’avoir une accréditation pour travailler dans cette industrie, similaire aux industries médicales, juridiques, de la construction et autres.

Si vous êtes intéressé par la planification d’événements, et souhaitez plus d’informations sur les stages, l’édu-cation, ou même si vous avez des questions à me poser. N’hésitez pas à m’envoyer un mail à moi-même, ou à Kaitlin (kaitlin@event-ure.com).

Nous serions heureux de vous aider! 🙂