Que la lumière soit

Attention … très long article aujourd’hui. Si vous n’êtes pas intéressé par la technologie et l’éclairage … ce n’est pas pour vous !

Ma passion pour l’éclairage a commencé au lycée. Il y avait un programme de technologie qui était géré par les étudiants et ils ont mis en place l’éclairage et l’audio pour les spectacles scolaires. Mes amis faisaient partie de l’équipe technique et je traînais avec eux. J’ai alors appris un peu sur l’éclairage scénique et la puissance, mais c’était plus pour passer du temps sur un échafaudage que sur les bancs de l’école.

Ma véritable expérience dans l’éclairage remonte en 1992, quand j’ai commencé avec Kloda Productions. Harry Kloda m’a fait visiter son entrepôt à Pare (où Living Room est maintenant). J’ai vu ce mec, Tom Gall, jouer avec une lampe appelée Intellabeam, et il a dit que cela semblait plutôt cool; Harry a alors dit, ok ! Je vous présente votre gars pour l’éclairage et il m’a laissé : là.

C’était l’époque de l’éclairage intelligent, où les lumières mobiles commençaient à faire leur apparition à grande échelle dans l’industrie des événements. Ils faisaient partie d’un staff qui travaillait les lumières scéniques pour les concerts. Ils ont fait ça pendant un certain temps, mais l’industrie a commencé à les produire, en particulier High End Systems et Clay Paky pour des événements plus grands. Avant cela, VariLite était le seul vrai sur le marché, et ils ne louaient leurs lumières que pour de grandes tournées de concerts. Chez Kloda, ils utilisaient une console relativement nouvelle conçue par une compagnie israélienne appelée Compulite, il y avait d’autres consoles sur le marché, mais à l’époque Compulite était un leader de l’industrie.

C’est cette console qui m’a causé de nombreux mois de frustration, de défis et finalement de passion pour les années à venir. Le compulite était mon ennemi, et ensuite mon meilleur ami pendant de nombreuses années. Vous voyez, il n’y avait pas de cours, de programmes ou de vidéos sur Youtube qui pourraient me montrer comment ça marche. Tom était vraiment d’une grande aide et d’une inspiration pour moi à l’époque, et il était toujours là pour m’expliquer tout ceque je voulais savoir, mais tout le monde était toujours très occupé et il y avait tellement de gens qui pouvaient me former. Je ne vais pas parler de la console et de son fonctionnement ici, sachez simplement qu’il y a eu un moment où tout à coup, ça a cliqué sur moi, ça avait du sens. J’avais l’ha-bitude de m’asseoir dans le bureau avec une console et quelques lumières, avec l’un des pires manuels de tous les temps, et j’ai juste compris.

Je me souviens de mon premier concert en tant que programmeur. C’était une Bar-Mitzvah (je ne me souviens plus de qui c’était, mais je sais juste que cette enfant est maintenant marié et qu’il prépare à son tour ses propres enfants à leur Bar Mitzvah). C’était pour 4 lumières mobiles sur 2 stands Manfrotto avec le contrôleur Intella-beam. La semaine suivante, j’ai finalement pu prendre un animateur Compulite et programmer 6 Intellabeams sur 3 Manfrotto pour une Sweet Sixteen, ce qui a été un vrai moment fort pour moi, et à partir de là, le reste est de l’histoire. J’ai commencé a avoir quelques gars sous la main dans la ville. Ils connaissaient bien l’animateur Compulite, après le big boy Sabre Compulite, puis le petit : le Spark. Ce premier concert de 6 Intellabeam m’a permis de programmer des concerts et des festivals, de grands mariages et des Bar-Mitzvahs, des collectes de fonds et des entreprises, soirée d’Halloween et des raves. Certains avaient encore 4 lumières mobiles, et certains en avaient 200.

Aujourd’hui, avec tout ce que la technologie continue de faire avec ce rythme très rapide, un ancien LD comme moi ne peut suivre. A la fin de mes jours de programmation, j’ai commencé à travailler avec la console Grand-MA qui était plus conviviale que la Compulite. J’ai aussi appris sur la console WholeHog, que je n’ai jamais vraiment aimée d’ailleurs. Le GrandMA2 est aujourd’hui le standard de l’industrie avec le Martin M1. Avec l’utilisation d’un programme de rendu 3D comme WYSIWYG, vous pouvez configurer votre scène virtuelle-ment, programmer tous les éclairages sur votre ordinateur portable, il ne vous reste plus qu’à venir sur le site, vous serez prêt à partir!

Je pourrais continuer encore et encore sur les différences, les détails et la technologie de l’éclairage passé et pré-sent, mais je vais vous en épargner. Je vais essayer de donner un aperçu de ce que tout cela signifie, du moins pour le secteur des événements, et de ce que nous en faisons avec.

Il y a trois types d’éclairage, conventionnel, LED et intelligent

Systèmes haut de gamme: Cyberlight, Studio Spot, Intellabeam et Technobeams (Intelligent / Moving Lights)

L’éclairage conventionnel est un luminaire avec une ampoule. Nous le branchons sur un gradateur et cela nous permet de contrôler l’intensité de 0 (off ) à 100 (on full). Il existe différentes formes d’éclairage conventionnel, mais pour les événements, nous utilisons principalement Lekos (un spot avec la possibilité de faire la mise au point avec l’obturation), Par Cans (une petite lumière), Fresnels (une lumière scénique). Avec chacun d’eux, nous pouvons donner une couleur à la lumière en mettant une gelatine devant. Vous pointez la lumière dans un endroit précis (focus) et c’est tout. La vraie beauté derrière cela est de choisir les bons appareils, avec la bonne gelatine, avec le bon focus, et de régler l’intensité appropriée. C’est ce qu’on appelle la mise en scène, et l’éclairage devient un outil très puissant et émotionnel. Si vous alliez voir une pièce de Broadway et que les feux de la rampe étaient allumés, personne n’irait. L’éclairage donne le ton, c’est une traduction directe de l’émotion que nous essayons d’atteindre; le bonheur, la tristesse, le mystère, la peur, l’élégance, le suspense et plus encore. Nous pouvons mettre une scène à la lumière du jour dans le parc, la nuit dans votre chambre, marcher dans la rue pendant une tempête. Rien de tout cela ne serait possible sans un grand éclairage.

Notions de base: Allumez la personne par l’avant, de gauche à droite et allumez une lumière dans un angle par l’arrière pour créer une mise au point appropriée avec les ombres appropriées.

Quand j’ai commencé, Intelligent ou Moving Lights était désapprouvé par le monde de l’éclairage scénique. Ils étaient gros, ils étaient laids, la source de lumière n’était pas naturelle, ils n’avaient pas leur place dans le monde légitime du specacle. Ce que ces gens disaient, c’était qu’ils étaient coûteux, qu’il était difficile de se former des-sus et qu’ils étaient difficile à utiliser. Alors, qu’est-ce qu’une lumière intelligente?

C’est une lumière qui est contrôlée par un protocole appelé DMX 512 ou Digital MultipleX pour ceux qui s’en soucient. Le DMX a d’abord été utilisé comme un protocole standard pour contrôler les gradateurs pour l’éclai-rage conventionnel, mais certaines personnes très intelligentes ont vu qu’il pouvait être utilisé pour beaucoup plus. Une lumière intelligente présente généralement les critères suivants: Panoramique et inclinaison, roue chromatique, roue de gobos, mélange de couleurs, intensité, mise au point et obturateur. D’autres choses inté-ressantes pourraient être l’iris, la roue d’animation, la roue de rotation, le prisme et le zoom. Chaque fonction dans une lumière intelligente répond à une commande de l’ordinateur via les canaux DMX pour se déplacer ou tourner. Vous pouvez faire en sorte que la lumière pointe vers le haut, que la roue des couleurs se tourne vers un endroit spécifique ou que l’obturateur s’ouvre et se ferme rapidement pour créer un stroboscope.

Les lumières mobiles ont une longue histoire, mais la première reconnue comme projecteur commandé par ordinateur était Genesis Moving Mirror Tour où Genesis. Elle a été investit dans une société appelée Showco, qui est devenue par la suite Varilite. Ils utilisaient des lumières qui bougeaient et changeaient de couleur par commande informatique. Pink Floyd a également utilisé des miroirs pour réfléchir les lumières et déplacer les faisceaux, mais Genesis est crédité de la première vraie lumière intelligente utilisée lors d’une tournée de concerts.

L’éclairage LED est la norme aujourd’hui. La différence est LED (Light Emitting Diode) est faible puissance, longue durée de vie et plus efficace. La technologie a permis aux LED de devenir plus puissantes, plus lumi-neuses et plus économiques, et dans tous les domaines de l’éclairage, la source de lumière incandescente devient une relique du passé. Avec tout ce qu’il y a de positif cependant, l’éclairage LED ne peut pas encore corres-pondre pour créer une humeur, un réalisme et à une beauté d’une source de lumière incandescente classique. (Mais s’en rapproche de plus en plus)

Les lumières LED aujourd’hui sont comparables aux lekos, spots et lumières en mouvement … qui y aurait pensé?

(Moment annecdote : Ron Nessim à Kloda en 1994 s’est tourné vers Tom et moi et nous a dit, j’ai une idée … remplaçons les ampoules de 1200 watts dans les lumières mobiles et remplaçons les par des sources de lumière LED.

WTF ?! Mais qu’est ce que tu racontes ? LED … comme le petit clignotant rouge dans la télécommande? OK Ron … quoi que tu dises de toute façon…)

Conception d’éclairage d’événement

L’éclairage d’événement a ses propres exigences et besoins. L’éclairage scénique a pour but de changer la pré-sence scénique. L’éclairage de concert à pour but de provoquer l’excitation du spectateur et sert à rajouter de la grandeur et de la profondeur. L’éclairage événementiel a aussi ses propres objectifs.

Le premier objectif de l’éclairage d’événement est d’éviter d’utiliser les lumières de la maison. (Et petit clein d’oeil pour nos amis vidéastes … vous aussi, vous contribuez à tuer l’ambiance avec vos lumières de blanches)

Ambiance: Nous essayons de donner à la pièce une sensation et donc une émotion. Nous regardons lavant de la pièce avec la lumière et la couleur. Ceci est réalisé avec les murs et les colonnes d’éclairage, ou ayant de grandes lumières diffuses concentrées autour de l’espace.

PinSpotting : C’est une source de lumière dirigée pour mettre en évidence une table ou une pièce maîtresse. C’est un regard très accentué sur les arrangements floraux et les bougies sur table. (Je n’aime pas ces petits spotes de lumière que la plupart des entreprises utilisent, je suis old school et j’utilise Lekos ou ACL)

Exemple de pinspot et d’éclairage

Nous souhaitons également éclairer les bars, les zones de nourriture, les zones de divertissement, les éléments de décoration, etc.

Dance Floor Lighting: C’est une fête, et les gens veulent danser. Rien n’est plus parfait que de rajouter des lu-mières pour faire venir danser les personnes. Sans elle, le dance floor serai plate.

Plancher de danse d’entreprise de Noël

Éclairage de groupe / scène: Si vous avez un groupe, une scène avec animation ou DJ, ils doivent être éclairés pour la visibilité mais aussi pour rajouter de l’ambiance à la pièce et rajouter un bon feeling à leur performance.

Pyro et éclairage de scène

Éclairage extérieur / de bâtiment: Accueillir vos invités avec l’éclairage vu à des kilomètres impressionne tou-jours et donne le ton pour l’événement.

Gobos personnalisés: Gobos est une découpe ou une image que vous placez devant un projecteur. Ce que vous êtes en train de faire est de couper toute la lumière autour de cette image pour ne projeter que cette partie. Les gobos sont soit en acier, soit en verre gravé. Le verre est beaucoup plus cher, mais vous pouvez y ajouter des couleurs. Un gobo en acier ne peut ajouter de la couleur qu’en ajoutant une gélatine devant la lumière.

Gobo personnalisé sur piste de danse (Acier)

Gobos peut également ajouter de la texture et des couches à l’éclairage

Autres choses à savoir sur l’éclairage et les événements

Rigging & Trussing : La capacité d’accrocher de l’éclairage au plafond. La seule façon de le faire est de prévoir des points de fixation ou d’accéder aux poutres principales du plafond. Nous utilisons des moteurs à chaîne ou des chaînes manuelles pour accrocher les poutres. La structure est ensuite utilisée pour suspendre les luminaires.

S’il n’y a pas de fixation, nous pouvons utiliser la structure à partir de zéro. Ceci demande beaucoup de travail, bloque les lignes de vue et occupe également de l’espace au sol.

Alimentation et câblage : L’éclairage nécessite beaucoup de puissance, mais aujourd’hui, avec l’éclairage LED, il est de moins en moins préoccupant. Dans le passé, nous utilisions des centaines d’ampères de puissance pour un événement, aujourd’hui nous pouvons brancher la plupart des éclairages dans les circuits muraux. Quoi qu’il en soit, la puissance est toujours à prendre en considération, et plus l’éclairage est utilisé, plus l’accessibilité à la puissance est requise. Si jamais vous avez besoin d’un lien d’alimentation, insistez pour qu’un électricien certifié fasse le lien et vous soit assuré.

Temps et travail: L’éclairage prend du temps. Il faut du temps pour le charger, l’accrocher, le câbler, le brancher, le dépanner et le tester, mettre au point les lumières et programmer l’éclairage. Il nécessite une main-d’œuvre spécialisée et une compétence pour le faire fonctionner et, plus important encore, le rendre sécuritaire. Nous voulons tous économiser de l’argent, mais assurez-vous toujours que vous avez suffisamment de temps pour faire le travail et avec les bonnes personnes.

Conclusion:

J’ai fait de l’éclairage pendant la plus grande partie de ma vie, et peu importe ce que je fais, je serai toujours impliqué dans l’éclairage. Aujourd’hui, mon objectif avec l’éclairage est la conception d’éclairage pour nos évé-nements. Je ne suis plus un programmeur ou un technicien, mais pour ceux d’entre vous, ne pensez pas que je ne peux pas y aller et recommencer!

L’éclairage est en quelque sorte un travail ingrat, car la plupart des gens ne comprennent pas la complexité et le travail qui y est consacré. Les gens ont l’habitude de marcher dans une pièce bleue entièrement éclairée avec des spotes sur toutes les tables. Les gens n’ont cependant aucune idée de ce qu’il faut pour que cela se produise. Nous le faisons pour nous, pas pour le peuple. J’avais l’habitude de programmer pendant des heures et des heures non pour impressionner les invités, mais pour montrer à mes collègues un éclairage frais.

Avec tout ce qui fait progresser la technologie, il y a du bon et du mauvais, et cela ne pourrait être plus vrai que dans l’éclairage. L’éclairage scénique est un art. Point. L’éclairage de concert est censé être cool. Point. L’éclairage d’événement est censé être pour l’ambiance et l’humeur. Mais pour y parvenir, le concepteur d’éclairage doit étudier la pièce, le concept, les besoins, travailler dans un budget et un échéancier et être créatif et innovant. Malheureusement, beaucoup de programmeurs d’éclairage s’appuient aujourd’hui sur des effets et des fonctions intégrées que les consoles offrent pour économiser du temps et des efforts. Encore une fois, la plupart des gens n’ont aucune idée, mais étant un vrai dinosaure dans ce domaine, je peux toujours dire quand un effet est utilisé.

* Message à tous les programmeurs, il est permis d’utiliser des effets comme add-on, mais s’il vous plaît prenez le temps de faire des positions, des schémas de couleurs et des séquences de programmation.

J’ai passé une fois, 3 jours entiers avec pas plus de 3 heures de sommeil en une nuit à programmer le défilé de mode du lycée. Je n’ai pas été payé pour ces heures, je l’ai fait parce que je voulais que ce soit cool. Chaque scène était programmée au rythme de la musique. Je m’en souviens très bien, parce que c’était l’une des premières fois que j’entendais le souffle de la foule quand j’ai commencé le spectacle. C’était un bon sentiment, et j’ai continué à faire de l’éclairage pendant des années après.

Si vous êtes en train de lire cette article, je suis impressionné! J’espère que je vous ai éclairé (hahahahaha) sur le sujet.

Des questions ?!N’hésitez vraiment pas à me les envoyer (à ma façon) !

Dan